BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Phakyab Rinpoche

Théravada
Vivre le Dhamma - Ajahn Thiradhammo
Le moine Théravada : vers la perfection du don - Michel Henri Dufour
Le boudhisme, les refuges et les préceptes - Ajahn Khemasiri
Lâcher prise sur la souffrance - Ajahn Thiradhammo
L’attention aux choses ordinaires - Ajahn Sumedho
Quelques mots encore... - Ajahn Chah
La vie est une opportunité pour la pratique - Ajahn Sucitto
Même rubrique

L’espèce humaine n’a pas l’exclusivité des droits - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Le Tipi Taka (les trois Corbeilles) ou Canon Paali - Michel Henri Dufour
Trouver une nouvelle source - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Aniruddha, vingt-deuxième et actuel roi-kalkin de Shambhala - Sofia Stril-Rever
Mon sort est scellé - Phakyab Rinpoche et Sofia Stril-Rever
La voie du Bouddha selon le vénérable Saddhânanda - Vénérable Shinjin
Quel bouddhisme ? - Michel Henri Dufour
Autres textes
Le manifeste de la responsabilité universelle -
La multiculture, réponse aux menaces philosophiques - Michel Wieviorka
La vie multiculturelle de quartier, dynamite ou dynamique ? - Réseau Cultures
Culture et interculturalité - Raimon Panikkar
Penser politique avec Mounier - Jacques Le Goff
Thich Nhat Hanh et le mouvement "Bouddhisme engagé" - Michael von Brück et Whalen Lai
Ce que j’ai appris en recueillant l’Autobiographie spirituelle du Dalaï-lama - Sofia Stril-Rever
Jack Kornfield

Compassion et pardon par Jack Kornfield
Souvenirs d’Ajahn Chah par Jack Kornfield
Une histoire de banque d’ovule par Jack Kornfield

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


Compassion et pardon

Par Jack Kornfield

Transcrit à partir du CD de Jack Kornfield sur le pardon. Traduction de Patricia Genoud.

... Quelle que soit l’intensité de certaines circonstances, une transformation du cœur est possible.

Un jour, dans le train en allant de Washington à Philadelphia, je me suis trouvé assis à côté d’un homme afro-américain qui avait travaillé pour le département d’état en Inde puis avait quitté son poste pour s’occuper d’un programme de réinsertion pour de jeunes délinquants du District de Columbia.

Les jeunes auxquels il avait à faire étaient des membres de gang qui avaient commis des meurtres. Parmi eux il y avait un jeune garçon de 14 ans qui avait tiré sur un jeune innocent et l’avait tué pour faire ses preuves face à son gang.

Au procès, la mère de la victime resta impassiblement silencieuse jusqu’à la fin. Le jeune fut déclaré coupable. Après que le verdict fut prononcé, elle se leva lentement, fixa le jeune du regard et lui dit : "Je vais te tuer ".

Le jeune fut emmené dans un centre pour délinquants et y resta plusieurs années. Après six mois, la mère de l’enfant tué alla rendre visite au détenu. Avant le meurtre, il avait vécu dans la rue, et elle était la seule visite qu’il ait eu. Ils échangèrent quelques mots, et avant de partir elle lui glissa quelques dollars pour qu’il s’achète des cigarettes.

Par la suite elle lui rendit visite régulièrement et lui apporta de la nourriture et des petits cadeaux.

Vers la fin de la sentence de ses 3 ans passés en prison, elle lui demanda qu’est ce qu’il avait l’intention de faire à sa sortie. Il était extrêmement confus et très incertain, alors elle lui offrit du travail dans la société d’un ami. Ensuite elle lui demanda où il allait loger, et parce qu’il n’avait de famille vers qui aller, elle lui offrit l’usage temporaire d’une chambre vide dans sa maison.

Pendant 8 mois il vécut là, mangea la nourriture qui lui était offerte et travaillait à l’endroit qu’elle lui avait trouvé.

Un soir elle l’invita à venir discuter dans son salon, elle s’assit en face de lui et attendit, puis elle commença à parler.
"Te souviens-tu, dans la salle d’audience, lorsque je t’ai dit que j’allais te tuer. "
"Et comment ! Répondit-il."
"Et bien, je l’ai fait"
et elle ajouta :
"Je ne voulais pour rien au monde que ce garçon qui a tué mon fils demeure vivant sur cette terre. J’ai voulu qu’il meure. C’est pour cette raison que j’ai commencé à te rendre visite, que je t’ai trouvé du boulot et je t’ai accueilli chez moi. C’est ainsi que je me suis résolue à te changer. Et ce garçon là, il est mort, bien mort aujourd’hui. Donc maintenant que mon fils est mort et que le meurtrier est mort, j’aimerais te demander si tu serais d’accord de rester. J’ai une chambre et j’aimerai t’adopter si tu le veux bien."

Et elle devint la mère du meurtrier de son fils, la mère qu’il n’avait jamais eu.




http://www.vipassana.fr/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling