BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Les sels de Schüssler, une biothérapie parmi les meilleures - Alexandre Koehler
Pouvons-nous guérir par la méditation - Tulkou Thondoup Rinpotché
Les principes du Zen pour combattre le sida - Gustav Niebuhr
Zen et médecine chinoise traditionnelle - Michel Champeau
La médecine chinoise - Georges Charles
Médecine douce : la santé plutôt que les soins - Géraldine Langlois
La mantra thérapie selon le Dr Nida Chenagtsang -
Autres textes
A“ngulimaala : la réhabilitation d’un tueur - Michel Henri Dufour
Le Sujet de l’Histoire - Patrick Foster
Des moines heureux : La vie au nouveau Monastère de Thupten Mindolling en Orissa, Inde - Michèle Béran
La Relation de Maître à Disciple - Thich Tri Sieu
Le Bonheur et le bien-être : Définir un nouveau paradigme économique - Matthieu Ricard
Protestants et bouddhistes se sont rencontrés - Jean-François Gantois
Ne soyez pas quelque chose - Ajahn Chah
Alexandre Koehler

Harmoniser les énergies avec l’aïkido par Alexandre Koehler
L’homéopathie uniciste par Alexandre Koehler
La fasciathérapie et la méthode Danis Bois par Alexandre Koehler
La gemmothérapie par Alexandre Koehler
La lithothérapie déchélatrice par Alexandre Koehler
La phytothérapie rénovée par Alexandre Koehler
La spasmophilie et ses causes par Alexandre Koehler

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Art de vivre > Médecines alternatives


Combattre le stress avec les élixirs floraux

Les élixirs floraux, à mi chemin entre la phytothérapie et l’homéopathie, visent à harmoniser le psychique et le somatique. Idéaux pour combattre le stress, réguler les énergies ou réduire les tensions

Par Alexandre Koehler

Non pas des médicaments… mais des harmonisants

Voilà maintenant un peu plus d’une quinzaine d’années que les Elixirs Floraux sont utilisés et appréciés en France.

Tout le monde connaît, notamment, les fameux élixirs du Dr. Bach ; mais, au-delà des trente huit fleurs employées classiquement par Bach, bien d’autres peuvent intervenir dans la fabrication d’élixirs.

Ces élixirs floraux, quels qu’ils soient, ne doivent cependant pas être considérés comme des médicaments au sens médical du terme. Ils ne peuvent, en aucun cas, remplacer un traitement médical. Ce sont des harmonisants dont les indications ne seront jamais déterminées par la maladie, mais seulement par le sujet et son mode de fonctionnement.

Rétablissant l’harmonie, ces élixirs sont par conséquent censés agir sur les phénomènes de conscience, et seront utilisés dans des buts de développement personnel, pour soi-même ou son entourage, aux moments difficiles de l’existence, ou en complément de traitements médicaux.

Bach et ses successeurs

Né en Angleterre en 1886, Edward Bach fut le pionnier moderne des élixirs floraux. Il comprit que la maladie trouvait son origine dans le déséquilibre entre les activités de la vie extérieure et les desseins de l’être profond. La peur, l’égoïsme, la résignation, l’orgueil, l’ignorance, la haine... étaient, selon Bach, les vraies causes des maladies.

Or, il découvrit l’influence de certaines fleurs sur les aspects perturbés de notre personnalité ; et, inspiré par les travaux de Paracelse, d’Hahnemann et de Steiner, il comprit qu’à travers la rosée et le soleil on pouvait extraire les principes subtils de la fleur.

En 1936, année de sa mort, Bach avait découvert trente huit remèdes floraux, mais sans avoir révélé sa méthode de préparation. Il fallut donc attendre le début des années 80 pour voir réapparaître ce système thérapeutique... enrichi de nouveaux élixirs floraux, car il est apparu que de nombreux aspects de la personnalité n’étaient pas couverts par les seuls élixirs de Bach... d’autant qu’au cours de ce siècle, nos problèmes humains ont quelque peu changé !

Ainsi, les nouveaux élixirs floraux s’intéressent à des domaines aussi variés que la communication, la créativité, la sexualité, ou la protection contre le stress...

En Californie, Richard Katz et Patricia Kaminski sont les pionniers de ce nouveau développement des élixirs floraux. Leur organisation Flower Essence Society regroupe des thérapeutes et des chercheurs du monde entier.

En Australie, les groupes Australian Bush Flower Essences et Living Essences of Australia préparent des élixirs floraux à partir des plantes du désert australien.

En France, l’association Gaïa, créée en 1986, participe, par son activité d’information, de formation et de recherche, au développement de ce système de santé.

Enfin, dans les Alpes et la région méditerranéenne, les laboratoires Déva ont introduit une gamme complète d’élixirs floraux préparés à partir de plantes sauvages de nos contrées tempérées.

Préparation

Les élixirs floraux sont préparés à partir de macérations de fleurs dans une eau de source pure exposée pendant quelques heures sous les rayons du soleil.

Malgré cette composition apparemment florale, ces élixirs ne sont pas tout à fait des phytothérapiques dans la mesure où, comme les homéopathiques, ils ne contiennent aucun extrait physique provenant de la fleur, aucune substance matérielle active, aucune molécule. Leurs propriétés se situent donc à un niveau subtil, autre que physique, c’est à dire, en l’occurrence, énergétique.

Justifiant cet objectif, le mode de préparation est tout à fait particulier. Un élixir-mère est préalablement concocté sur le lieu d’habitat de la plante choisie. Les fleurs, à floraison optimum, sont cueillies puis immédiatement placées à la surface de l’eau contenue dans un bol en verre transparent, où elle demeurent quelques heures sous les rayons du soleil. Ensuite, le liquide est recueilli et filtré, avant d’être mélangé, dans un flacon de verre ambré, à de l’alcool à parts égales. Enfin, une dynamisation, par agitation du produit, termine la préparation de l’élixir-mère.

C’est naturellement avec l’élixir-mère que l’on confectionne, ensuite, les élixirs floraux tels qu’ils seront commercialisés. Pour ce faire, on dilue sept gouttes d’élixir-mère dans un flacon de 30ml contenant 1/3 de Cognac et 2/3 d’eau de source pure, puis on dynamise le mélange.

En règle générale, le consommateur utilisera cette première dilution, mais il peut aussi opérer une seconde dilution avec sept goutte de son élixir mélangées et dynamisées avec 75% d’eau de source et 25% de Cognac.

Enfin, on peut encore combiner quelques élixirs entre eux, en procédant soi-même au mélange de trois à cinq élixirs (pas plus) de première dilution, dans un flacon de 30ml, à parts égales.

Fonctionnement

Chaque fleur utilisée par ce système d’élixirs est censée porter en elle une vertu thérapeutique très particulière pouvant être mise en relation avec une qualité de l’âme humaine et susceptible de répondre aux situations existentielles pour lesquelles cette qualité est manquante. En diluant et dynamisant l’eau florale, on transmettrait donc le message des fleurs, leur permettant ainsi d’agir au plus profond de la conscience humaine. Les fleurs de Bourrache, par exemple, sont la représentation d’une énergie particulière, correspondant au courage et à l’optimisme, qui est absente chez les personnes manifestant de la tristesse ou du découragement.

En considérant les fleurs en tant qu’expressions de champs de force vivant également dans nos pensées et sentiments, ce système thérapeutique s’inscrit pleinement dans l’histoire d’une certaine médecine traditionnelle, certes proche de la pensée orientale mais plongeant également ses racines dans un héritage occidental qui va de Zoroastre à Bach, en passant par Hildegarde de Bingen, Paracelse, Goethe, Hahnemann et Steiner, et selon lequel “tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut”.

Grâce à cette loi de similitude, l’élixir floral établit un pont entre la plante et l’homme ; et lorsque cet élixir est ingéré, sa fréquence énergétique entre en résonance avec celle du patient et induit le processus curatif.

Ainsi, l’énergie transformatrice des élixirs floraux s’adresse aux conflits internes, aux tensions, aux blocages émotionnels ainsi qu’aux problèmes physiques qui en découlent ; mais elles nous aident également à développer nos potentialités intérieures.

Intégrant les dimensions physiques, mentales et émotionnelles, les élixirs floraux nous purifient de nos tensions et de nos dysharmonies, et nous conduisent vers un bien-être plus global.

Usage interne

· Angélique : renforce la confiance et fortifie la résistance de l’organisme dans les situations difficiles.

· Basilic  : permet de comprendre l’origine des conflits d’origine sexuelle et émotionnelle.

· Bouton d’or  : apporte la confiance en soi.

· Camomille : favorise l’objectivité et le calme émotionnel.

· Coquelicot  : est un catalyseur émotionnel conseillé aux personnes turbulentes, nerveuses et agitées qui recherchent la stimulation extérieure.

· Iris : active la créativité et l’inspiration.

· Lavande  : est bénéfique aux personnes fatiguées nerveusement, ou qui manifestent une grande sensibilité nerveuse.

· Lilas  : équilibre la circulation énergétique du dos et favorise la flexibilité de la colonne vertébrale.

· Lotus  : favorise l’assimilation des substances nutritives et purifie l’organisme.

· Mauve : est conseillé aux personnes timides qui ont un sentiment d’isolement ou un excès d’amour-propre se manifestant par de la rigidité ou de l’orgueil.

· Menthe poivrée : amène un état d’esprit actif et éveillé.

· Myosotis : augmente la mémoire, la vivacité d’esprit et la perspicacité.

· Ortie  : soigne les irritations et les inflammations nerveuses.

· Pâquerette  : aide à s’organiser sur le plan mental.

· Pissenlit : apporte concentration, force et structuration.

· Rhododendron : est recommandé pour combattre les inflammations provoquées par les refroidissements, et pour libérer les émotions.

· Romarin  : apporte gaieté et sensibilité aux individus maussades, mais est également bénéfique à toute personne intellectuellement surmenée.

· Sauge : favorise la digestion et l’élimination, stimule le rire, et aide à passer les épreuves douloureuses.

· Tilleul  : facilite la communication et l’échange.

· Tournesol  : améliore la posture, régénère la colonne vertébrale, et développe l’individualité.

· Valériane  : tranquillise, calme et permet de surmonter les stress importants.

Usage externe

· Arnica  : contre tous les chocs et traumatismes.

· Brunelle : tonifie et revitalise (élixir de base à inclure dans toutes les combinaisons pour les applications externes).

· Calendula  : conseillé dans tout travail thérapeutique sur le corps lorsque le patient manifeste une réaction de rejet.

· Camomille  : relâche les tensions situées dans la région de l’estomac et du plexus solaire, et favorise la détente musculaire et nerveuse.

· Capucine  : tonique, stimulant et vivifiant, soulage les maux de tête après excès de travail intellectuel.

· Citronnier : élimine les tensions musculaires et tonifie la peau.

· Cœur de Marie : relâche les tensions précordiales lors des problèmes d’attachement émotionnel.

· Consoude  : renforce et tonifie le système nerveux.

· Lavande : libère les tensions nerveuses et physiques provoquées par un excès de stimulation.

· Lilas  : équilibre la circulation énergétique du dos et apporte la flexibilité.

· Millepertuis : protège contre les ultraviolets du soleil.

· Ortie  : apaise et protège la peau contre les inflammations et les irritations.

· Pissenlit : élimine les tensions accumulées dans les muscles.

· Romarin : conseillé à ceux qui ont des difficultés à être présents dans leur corps.

Utilisation

La méthode la plus pratique et la plus utilisée est l’ingestion orale : de quatre à sept gouttes de l’élixir floral, avec l’aide du compte-gouttes, directement dans la bouche, sous la langue, ou dans un verre d’eau, trois ou quatre fois par jour, sur un rythme régulier. Il est conseillé d’agiter le flacon avant l’emploi pour activer la force vitale de l’élixir, d’attendre au moins un quart d’heure avant de manger, et de s’abstenir d’alcool, de tabac et de café durant la cure.

En application externe, on chauffera préalablement la peau à l’aide d’une serviette chaude ou d’une bouillotte, et l’on massera doucement la zone concernée avec une dizaine de gouttes d’élixir placées dans la paume de la main. D’autre part, il faut savoir que certaines parties du corps sont plus particulièrement réceptrices aux élixirs : le pouls du poignet, les tempes, les ganglions lymphatiques, les lèvres, les chakras, les paumes des mains et les plantes des pieds.

Mais les élixirs floraux peuvent aussi être utilisés en bains. L’eau est d’ailleurs un excellent conducteur qui transmet le message de ce type de produits. On procède alors en ajoutant d’abord à l’eau du bain deux citrons pressés, puis de sept à vingt gouttes d’élixir floral, et enfin en agitant l’eau en y décrivant un huit avec la main. Ce bain thérapeutique, à température du corps, sera pris, après une douche complète, de préférence le matin, tous les trois jours pendant trois semaines et durant une vingtaine de minutes.

Enfin, les élixirs floraux peuvent être diffusés en spray ou à l’aide d’un diffuseur d’arômes. On mélangera sept gouttes d’élixir dans de l’eau de source, et l’on vaporisera, durant la journée, dans tout local à assainir.

Les élixirs floraux s’utilisent généralement par cycles de deux à quatre semaines. Cette période de quatre semaines correspond au cycle émotionnel et s’adresse à tous ceux qui désirent transformer des déséquilibres déjà anciens. Mais il va sans dire que pour obtenir des changements plus profonds, des cycles de plusieurs mois peuvent s’avérer nécessaires.

On peut également utiliser les élixirs floraux de façon ponctuelle, notamment dans les situations de crise, de transition, de choc... Il est alors conseillé de prendre quelques goutte de l’élixir toutes les dix minutes jusqu’à résolution de la crise.

Bibliographie

· “ Elixirs floraux, harmonisants de l’âme ” - Philippe Deroide - Le Souffle d’Or.

· “ Les fleurs du Dr. Bach ” - 38 cartes pour la réharmonisation, le recentrage et la méditation - Mechthild Scheffer - Librairie de Médicis.

Octobre 2000






Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling