BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Le massage assis, l’art traditionnel japonais d’acupression « amma » - Tony Neuman
Les bienfaits de la sieste pour garder la forme - Jerôme Navarro
Le Feng Shui des couleurs - Georges Charles
Qu’est-ce que « le toucher structuré » ? - Tony Neuman
La peinture thérapie - Jean-Baptiste Loin
Le Tao du sommeil - Georges Charles
Des moines heureux : La vie au nouveau Monastère de Thupten Mindolling en Orissa, Inde - Michèle Béran
Autres textes
L’association d’idées, fondement de la pensée complexe - Jean-Louis Le Moigne
Rites funéraires : entre angoisse et sérénité - Michel Henri Dufour
« Des fruits en son temps » : les espérances du dialogue interreligieux - DIMMID
Des condiments aux propriétés médicinales - Jeanne Dumont
La douleur est un ébranlement qui provoque la chute de l’arrogance - Sa Sainteté le Dalaï Lama
La mondialisation vue sous l’angle social - Laurent Laot
Paix intérieure -
Marie-Pierre Bécas

La chronobiologie : notre horloge biologique interne par Marie-Pierre Bécas

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Art de vivre > Bien être


Combattre le stress

Une fois identifié, le stress induit des symptômes qu’il faut connaître pour pouvoir apprendre à les atténuer

Par Marie-Pierre Bécas

Faire face au stress : des solutions simples

Dans un premier temps, il est impératif d’identifier la cause du stress pour parvenir à le réduire. Il s’ensuit une phase d’acceptation nécessaire pour réussir à le maîtriser et le transformer en énergie positive.

D’autres adjuvants comme la pratique régulière d’un sport ou l’apprentissage des techniques de relaxation s’avèrent très positives.

· Commencer par réduire le stress au travail, en essayant de diminuer le rythme, de ne pas ramener de travail à la maison, en considérant les problèmes comme des défis au lieu d’obstacles insurmontables.

· Prendre le temps de parler à son conjoint, de partir en week-end et de régler par la discussion les conflits de couple, si vous sentez une tension.

· Relativiser les petits problèmes de la vie quotidienne et partir en vacances le plus régulièrement possible.

· Prendre en main son régime alimentaire qui est souvent source de carences, conséquences d’une succession de repas déséquilibrés.

· Ne pas sauter de repas mais s’accorder au contraire des pauses régulières, surtout à l’heure du déjeuner.

· Diminuer la consommation de café, de tabac et d’alcool qui sont des excitants, et privilégier la consommation de fruits frais (apport de fibres), légumes verts, protéines (poissons et viandes blanches de préférence), mais aussi fruits secs (abricots, bananes, noix...) car ils sont riches en magnésium ; le manque de magnésium provoque une hyperexcitabilité nerveuse et musculaire.

· Pratiquer une activité physique régulière : la natation est particulièrement recommandée en cas de stress ; c’est le seul sport permettant un relâchement musculaire total car l’eau soutient le corps.

· La marche, la course à pieds, la bicyclette sont aussi conseillés pour évacuer les tensions. D’autres sports, plus à visée de loisir que de remise en forme sont intéressants et permettent d’évoluer en équipe : golf, volley-ball, badminton et arts martiaux (karaté, kung-fu, jiu-jitsu, ou judo)...

· Éviter les sports très physiques qui n’apporteront rien en termes de relaxation

Les techniques de relaxation

Elles constituent parfois un complément indispensable à la prise en charge du stress. Certaines sont simples à appliquer, comme le contrôle du rythme respiratoire ou les médecines douces, tandis que d’autres nécessitent un investissement plus complet (yoga, méditation...). Une fois les périodes de stress terminées, il est intéressant de prolonger ces méthodes qui permettent, à long terme, un meilleur contrôle de soi et de son équilibre émotionnel.

Dans un premier temps, il faut en essayer plusieurs et trouver la plus adaptée.

Le contrôle du rythme respiratoire

L’anxiété entraîne une modification de la respiration qui devient rapide et irrégulière.

Pour vérifier que la respiration est incorrecte, il suffit de s’asseoir sur une chaise, de respirer à fond et d’observer : si les épaules s’élèvent trop, c’est anormal.

Bien que contrôlée automatiquement par le système nerveux, il est possible de la corriger, notamment à l’expiration. Le rythme normal est de 2 à 3 secondes pour l’inspiration et 7 à 8 secondes pour l’expiration qui est plus longue. Lorsque vous sentez que le rythme respiratoire s’accélère, pensez à marquer une courte pause entre chaque inspiration., s’assurer que les poumons sont bien vidés avant chaque expiration tout en permettant un mouvement continu de l’air dans les poumons. Avant d’expirer totalement, penser à compter jusqu’à 8.

Par ailleurs, il faut éviter de porter des vêtements trop serrés et de maintenir une posture correcte tout au long de la journée.

Les exercices de respiration doivent être réalisés au moins une fois par jour.

Les médecines douces

Ce sont l’homéopathie, la phytothérapie, l’acupression, la réflexologie ou le shiatsu.

Utilisées en complément de la médecine traditionnelle, leurs adeptes sont de plus en plus nombreux.

Correctement prescrites, par un professionnel, leurs résultats peuvent être positifs.

L’homéopathie consiste en l’administration de doses infinitésimales d’une substance, qui, administrée à doses normales chez une personne saine, provoque les mêmes symptômes que présente le malade à traiter.

L’acupression est l’association de massages et d’acupuncture pratiquée en Chine et au Japon depuis 3000 ans. Le thérapeute agit par pressions sur les parties sensibles du corps afin de stimuler les circuits d’énergie. C’est une méthode qui peut soulager, au même titre que les massages, certaines zones douloureuses de l’organisme.

De la même façon, la réflexologie ne prétend pas guérir mais soulager certains états physiques. Elle consiste à masser des zones spécifiques du pied, censées correspondre aux divers organes ou aux autres parties du corps.

Enfin, le shiatsu est une méthode issue des pratiques de massage oriental consistant à manipuler les pieds et les mains. En japonais shiatsu signifie "pression des doigts" ; cette pression a pour but d’équilibrer les forces magnétiques tout le long des grands axes du corps.

Le yoga

C’est la méthode de relaxation de référence. Originaire des Indes, elle permet à la fois de maîtriser la coordination des mouvements, des postures, l’apprentissage de la relaxation, le contrôle de la respiration et les techniques de méditation. D’autre part, elle augmente la force musculaire, l’endurance et améliore la souplesse.

Le yoga stimule l’organisme tout en procurant une véritable sensation de paix intérieure. Il est conseillé de faire appel à un professeur qualifié, surtout pour les débutants.

La méditation

Cet exercice, d’origine asiatique, doit intevenir après l’apprentissage des méthodes de relaxation de base. Le principe est de concentrer toute son attention sur un objet, un lieu auquel sont rattachés des souvenirs positifs.

En adoptant votre position favorite (le dos doit être bien droit), vous vous focalisez sur un objet unique, les yeux fermés jusqu’à ce que la concentration soit maximale. Pratiquer cet exercice dix minutes par jour, cela vous aidera à restaurer la paix intérieure et à diminuer votre anxiété.

Les massages

Le massage est bénéfique pour l’organisme : il stimule la circulation sanguine, accélère l’élimination des toxines, détend les muscles douloureux en procurant une sensation de bien-être. Technique inoffensive, elle est est facile à réaliser et ne requiert pas d’expérience particulière. L’idéal est de masser avec une huile essentielle adaptée à l’effet de relaxation recherché : lavande, jasmin, marjolaine, rose, sauge, et camphrier sont les plus recommandées.

Marie-Pierre Bécas

Pharmacien

Mai 2001


http://www.kalidavie.com





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling