BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Le chant des Dakinis - Sofia Stril-Rever
Les femmes dans l’histoire du zen - Jade Reidy
Le bouddhisme en peu de mots - Michel Henri Dufour
Un esprit silencieux, un esprit saint - Lama Thubten Yeshe
Brève présentation du bouddhisme - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Générer la Divinité - Gyatrul Rinpotché
Le Théravada - Michel Henri Dufour
Autres textes
L’amour - Thich Tri Sieu
Formation au coaching d’entreprise - Benoit Gros
La réforme de la pensée suppose une réforme de l’être - Edgar Morin
Les quatre éléments, le corps et le caractère au Moyen âge - Laetitia Cornu
Genjō Kōan - L’existence comme expression de l’éveil - Maître Dogen
Pourquoi je photographie ? - Matthieu Ricard
Les émanations féminines du Bouddha médecin - Terry Clifford
Thierry Mollandin

Développement du bouddhisme ésotérique par Thierry Mollandin
Le Shingon, bouddhisme tantrique du japon par Thierry Mollandin

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Découverte


Cérémonie shingon

Le temple Komyo-In s’achève à l’occasion de la cérémonie de Sokusai au temple Komyo-In

Par Thierry Mollandin

C’est ce jeudi 12 avril qu’a eu lieu la cérémonie shingon de Sokusai au temple Komyo-In. A cette occasion le Kantcho, supérieur du Hozanji, célèbre temple de la région d’Osaka, avait fait le déplacement entouré de moines et d’un groupe de fidèles.

De nombreux participants venus de différents horizons du bouddhisme ou d’ autres traditions étaient là pour assister à cette cérémonie rare en dehors du Japon.

Les liens sont étroits et ancien entre Hozanji et Komyo-In, il y a quelques années le grand Fudo myoo (achalanatha-vidhyaraja) qui est le bouddha principal du temple (Honzon) avait été offert par des fidèles d’Hozanji.

Fudo myoo, l’immuable, est une divinité chère au cœur des japonais, c’est le principal protecteur du pays. Entouré de flammes, aux canines saillantes, armé d’une épée et d’une corde, il représente la résolution, la force des vœux, la suppression des obstacles internes et externes et en même temps le grand silence, la vacuité.

Cette fois ci c’était un autre vénéré de l’ésotérisme japonais, Aizen myoo (Ragavidhyaraja), qui rejoignait Komyo-In. La statue a été réalisée par Matsumoto Myoke considéré comme un maître de la sculpture religieuse au Japon, il a aussi participé aux travaux de restauration des œuvres japonaises du musée Guimet.

Aizen myoo est décrit de couleur rouge comme le soleil, une expression féroce, sa tête est surmontée d’une tête de lion qui représente la loi bouddhiste, au dessus de celle ci un crochet avec lequel il capte les êtres, ses cheveux sont dressés.

Il a six bras dotés de divers attributs, à gauche une cloche et à droite un vajra à 5 pointes, un arc dans une main gauche et une flèche à droite, un lotus blanc dont on dit qu’il se sert pour fouetter les pensées mauvaise et une main vide qui peut recevoir divers attribut en fonction du type de rituel effectué.

Il est posé sur une vase d’abondance d’ou sorte un flot de joyaux (mani). Autant Fudo Myoo est en rapport avec la colère autant Aizen Myoo renvoie au désir, tout particulièrement sexuel et à sa transmutation en désir d’éveil. Une particularité de l’ésotérisme japonais est de considérer que les passions ne sont pas un obstacle a l’éveil, les passions sont l’aire de l’éveil (yuimagyo) rien n’est rejeté ou diabolisé, l’être humain est pris dans sa globalité avec ses particularités, forces ou faiblesse qui au final se révèlent être une grande richesse lorsque ces énergies sont sublimées en sagesse compassion.

Le rituel qui a été effectué a l’occasion de l’arrivée de ce Myoo à komyo-In était dédié pour la protection et la bénédiction du pays, à l’issue de celui-ci Oya Senseï a déclaré que la France devait avoir un lien particulier avec le bouddhisme, faisant remarquer que le mot France écrit en idéogrammes chinois ou japonais signifie « Pays de la loi » (sous entendu le dharma, la loi bouddhiste) Il a aussi félicité Yukaî senseï, Daniel Billaud, rare occidental ordonné dans le bouddhisme shingon (daï-acharya), pour la réalisation de Komyo-In premier temple en Europe dédié à cette tradition.

Il nous a quitté à l’issue de cette cérémonie faisant le souhait de revenir souvent a Komyo-In et que le temple puisse rayonner pour le bien de tous les êtres.

Thierry Mollandin

Pour plus d’information

Komyo-In

"La montagne"

89350 villeneuve les genets

Tel 0386454579

Pour pratiquer ou avoir des informations sur le Bouddhisme Shingon et le Temple "Kômyô-In" en Bourgogne

http://www.geocities.com/bouddhismefr/heian.htm

Un français, Yukaï Senseï, moine bouddhiste au Japon

http://members.tripod.com/~shingon/

Janvier 2001

Bouddh@rama


http://www.chez.com/bouddhisme/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling