BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Même rubrique

Le cercle de l’esprit : sagesse sacrée et traditions - Christian Bodson
De la pratique du geste et de l’arrêt du geste dans les deux traditions - Jacques Deperne
Reine de Saba : soirée poétique et philosophique - Jean-Pierre Pilorge
Aperçus sur l’initiation féminine - Jeanine Augé
Bouddhisme et franc-maçonnerie - Lama Denys
Dharma et franc-maçonnerie - Jean-François Gantois
Transmission royale, sacerdotale et prophétique - Jean-Pierre Pilorge
Autres textes
La porte de la montagne - Khoa Nguyen
Le pouvoir guérisseur des huiles essentielles - Alexandre Koehler
Trois voies de diffusion pour trois types d’indications - Alexandre Koehler
Vesak - Michel Henri Dufour
L’échange humain et l’acte d’amour - Philippe Labro
La dimension spirituelle dans le soin, besoins et chemins d’expression du patient, missions des accompagnants - Professeur Claude Rougeron
Le Hwadou - Maître Kusan Sunim

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Intégration > Spiritualité > Franc-maçonnerie


Bouddhisme et franc-maçonnerie

Colloque sur l’initation et la transmission, l’éveil, le geste et le symbolisme

Les actes du deuxième colloque

Les actes du premier colloque Bouddhisme et franc-maçonnerie ont été publiés chez Albin Michel, dans la collection Question de, N° 101. Ce document est toujours disponible en librairie, après réédition.

Les actes du deuxième colloque n’ont pas été publiés. Ils le seront peut-être, chez le même éditeur, après réécriture, parce que, d’un colloque à l’autre, on a pu observer certaines redites qu’il conviendra d’éliminer. Il s’agirait, alors, d’une réédition des actes des deux colloques, ou plus exactement, d’une synthèse des actes de ces deux colloques.

Nous publions donc, en exclusivité au moins provisoire, et avec l’autorisation de l’éditeur, les actes de ce deuxième colloque, qui a eu lieu les 4 et 5 octobre 1997 à Karma Ling, en Savoie.

Un troisième colloque aura lieu, au même endroit, les 5 et 6 octobre 2002, sur le thème : symbolisme ternaire et voies de lumière, et selon une formule plus interactive.

On ne peut encore rien prévoir quant à une publication des actes de ce troisième colloque. Des informations paraîtront sur ce sujet, en temps utile, sur ce site.

Les deux premiers colloques, outre le très grand intérêt qu’ils ont suscité dans le monde maçonnique et aussi dans le monde bouddhiste, ont porté un fruit : la naissance d’une fraternelle des francs-maçons bouddhistes, l’Acacia et le lotus.

Pour ceux qui ne seraient pas familiarisés avec les termes maçonniques, une fraternelle est une association de francs-maçonsde toutes obédiences ayant un intérêt commun en dehors de leur appartenance à l’ordre : la pratique d’un art, le métier, un loisir, etc.

Les frères et sœurs maîtres maçons qui sont intéressés par l’Acacia et le lotus peuvent écrire à l’association, 4 rue Pasteur, 58200 Cosne-sur-Loire.

Ceux qui sont intéressés, mais ne sont pas francs-maçons, ou seulement apprentis ou compagnons, peuvent s’adresser à Nicolle Vassel, 19 rue de Clichy, 75009 Paris.

Les internautes, maçons ou non, peuvent envoyer des courriels à webmaster@buddhaline.com

Le bouddhismeest une science de l’esprit, une forme d’humanisme fort d’une tradition vivante remontant à plus de 2500 ans.Le Bouddha n’est pas vénéré en tant que Dieu. Il représente l’être humain qui, ayant pleinement développé son potentiel, a atteint le parfait éveil.Par là, le Bouddha se révèle maître et source d’inspiration pour ses disciples sur le chemin de la réalisation. La franc-maçonnerieest un ordre initiatique traditionnel, d’origine artisanale, fondé sur le symbolisme de la construction. Ayant son origine dans les initiations antiques de constructeurs, développée en milieu judéo-chrétien, sa vocation est universelle.La franc-maçonnerie a pour objet de construire le "temple intérieur" afin de réaliser le "temple extérieur", c’est-à-dire une société fraternelle.

Introduction

« Est-il possible que ces deux traditions s’entendent ? »

Telle était la question qui concluait le premier colloque entre bouddhistes et franc-maçons en 1993.

La confrontation entre la parole de la tradition maçonnique imprégnée de toute l’histoire de l’Occident et les pratiques de la tradition bouddhique enracinée dans une relation au monde toute

orientale fit apparaître, sur le plan conceptuel, des analogies, des convergences mais aussi des dissemblances.

Si, après le deuxième colloque et encore à ce jour, celles-ci apparaissent comme pratiquement irréductibles, les uns et les autres ont pris conscience que cela était dû plus à l’hétérogénéité entre la

parole et la pratique qu’à des oppositions sur le fond de l’objectif poursuivi : l’illumination de l’Eveil, le chemin vers la Lumière. . .

Au-delà de la quasi-impossibilité à traduire mot pour mot ces dissemblances, la recherche personnelle ainsi entreprise par des femmes et des hommes, bouddhistes ou francs-maçons, francs-maçons et bouddhistes pour certains, met en évidence des points de vue différents d’une même tentative d’expérimentation.

Ces deux voies traditionnelles non dogmatiques qui exaltent la sagesse et aspirent à l’universel proposent chacune une méthode, des techniques, des pratiques qui visent à "une libération de l’être"

dans la "Liberté, l’Egalité et la Fraternité" !

Le premier colloque a pointé, aux cours des échanges, pour chacune des deux voies, "les forces et les faiblesses" respectives. Celles-ci s’articulent autour de l’axe qui va de l’implication la plus totale dans les affaires de la société jusqu’au retrait, pour ne pas dire jusqu’au "refuge" mal compris, dans un "splendide isolement"...

Les participants à ces deux colloques, bouddhistes et francs-maçons se sont retrouvés dans leur volonté d’être sur des voies d’accomplissement pour des femmes et des hommes inscrits dans leur temps, présents au monde et acteurs engagés dans la quotidienneté de la vie.

Ces deux premiers colloques ont été, dans les faits, l’expérience concrète de la reconnaissance chez l’autre de l’authenticité de son engagement sur le chemin qui, à terme, conduit à l’Eveil en se tournant vers son orient intérieur. Cette capacité à s’entendre, c’est-à-dire à reconnaître chez l’autre, dans sa diversité, ce qui est partagé, est une manifestation de la réalité efficace des voies empruntées.

Alors, au-delà des mots, c’est sur l’échange d’expériences qu’il y a lieu de s’entendre pour vivifier chacune des traditions. S’entendre pour comprendre l’altérité afin de s’enrichir mutuellement,

s’entendre pour s’accorder afin de participer le plus harmonieusement possible, au concert de la vie, chacune avec sa partition.

La franc-maçonnerie, en direction de l’individu, peut trouver, dans cette interpellation, un facteur de regénération de son processus initiatique.

Le bouddhisme, en direction de la collectivité, s’y voit interpellé dans sa capacité à s’inscrire dans la complexité de la vie collective d’une société économiquement développée.

J.-C. C.

Accueil

Lama Denys

Ce colloque est le second, la seconde rencontre franc-maçonnerie et bouddhisme. La première, en 1993 avait eu un grand succès qui s’était concrétisée par une publication dans la collection Question de, qui a eu une certaine audience.

Cela nous a encouragé à réitérer de telles rencontres.

Il y a de nombreux francs-maçons dans les centres bouddhistes.

Il y a un certain nombre de bouddhistes qui sont franc-maçons.

Il y a des affinités dans les approches, les démarches et la recherche de la lumière ou de la réalité, dans une vision non dogmatique.

Présentation du colloque

Alain Lorand

Je dois préciser que les maçons, hommes et femmes, qui sont ici représentent un large éventail des différentes sensibilités obédencielles et qu’ils s’expriment à titre personnel. Il n’y a donc pas de citation d’appartenance à telle ou telle obédience dans la présentation.

- Jeanine Augé, franc-maçonne, a occupé de hautes fonctions dans son obédience. Elle est principale de collège honoraire.

- Christian Bodson, bouddhiste et franc-maçon depuis 1976, est ingénieur en retraite du Commissariat à l’énergie atomique.

- Lama Denys, est le maître des lieux. Il est le supérieur de la congrégation bouddhiste Dashang Rimé à Karma Ling.

- Jacques Deperne, franc-maçon et bouddhiste, initié, il y a 30 ans. Il fut disciple du Maître japonais Taisen Deshimaru, de 1973 à la mort du Maître, en avril 1982. Taisen Deshimaru a été le grand introducteur du bouddhisme zen en France.

- Jean-François Gantois, franc-maçon et bouddhiste, initié également il y a 30 ans, journaliste, rédacteur en chef de la publication Actualités Bouddhistes, organe de l’Union bouddhiste de France.

- Jean Pierre Pilorge, franc-maçon et chrétien, administrateur de biens, initié en 1970.

- Anne-Françoise Rey, franc-maçonne depuis 30 ans et bouddhiste, maître de conférence à l’Université de Nancy.

- Jean-Pierre Schnetzler, bouddhiste et franc-maçon, psychiatre retraité. Ecrivain, fondateur de plusieurs centres bouddhistes en France.

- Nicolle Vassel, que Lama Denys a présentée comme la cheville ouvrière, la coordinatrice de ce colloque. Bouddhiste, franc-maçonne et comédienne.

- Alain Lorand, bouddhiste et franc-maçon depuis 1962.

Je dois excuser deux absents.

- Michel Barat à qui la faculté a interdit ce déplacement. Il en est vraiment très désolé.

- Le théologien Bernard Besret, pour obligations professionnelles. Il est le directeur de la Cité des sciences de La Vilette.

Les articles

- Le tantra, l’union, l’équerre et le compas

- Symbolisme bouddhiste et symbolisme maçonnique

- Aperçus sur l’initiation féminine

- Bouddhisme et franc-maçonnerie

- Le cercle de l’esprit : sagesse sacrée et traditions

- Transmission royale, sacerdotale et prophétique

- La perte lors du passage de l’opératif au spéculatif

- La franc-maçonnerie est-elle une voie d’éveil ?

- Qu’est-ce que l’éveil ?

- Soirée poétique et philosophique

- De la pratique du geste et de l’arrêt du geste dans les deux traditions

- Clôture

Octobre 1997





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling