BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Théravada
Quel bouddhisme ? - Michel Henri Dufour
La vérité ne relève pas de la mémoire ni de la connaissance mais de la compréhension - Vénérable Walpola Rahula
Nirvana - Ajahn Thanissaro
L’approche de la mort dans le bouddhisme - Vénérable Parawahera Chandaratana
A“ngulimaala : la réhabilitation d’un tueur - Michel Henri Dufour
Lâcher prise sur la souffrance - Ajahn Thiradhammo
Réflexions sur les Refuges - Ajahn Sumedho
Même rubrique

Le « cancer » de la mort - Ajahn Liem
Le Désir - Maître Zen Huê-Minh
"La vertu de moralité", Mahâprajnâpâramitâsâstra -
Tourner son esprit : Renoncer aux causes de la souffrance - Nyoshul Khen Rinpotché
Prendre Refuge - Bokar Rimpotché
« Le Corps véritable du Bouddha » - Houei-hai
La joie - Bhikkhu Bodhi
Autres textes
Se reconnaître particulier - Xavier Nicolas
Le Dalaï Lama à Nantes du 15 au 20 août 2008 -
La méditation - Vénérable Parawahera Chandaratana
La révolution intérieure du bouddhisme - Michel Henri Dufour
Pourquoi une double vérité dans le Bouddhisme - Vénérable Dr.T.Dhammaratana
Pour un sentiment de responsabilité universelle - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Communauté globale et nécessité de la responsabilité universelle - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Ajahn Sumedho

Continuer à aller de l’avant par Ajahn Sumedho
L’attention aux choses ordinaires par Ajahn Sumedho
La vigilance, chemin vers le nibbâna par Ajahn Sumedho
N’être personne par Ajahn Sumedho
S’ouvrir à ce qui est par Ajahn Sumedho

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Attention et libération

Par Ajahn Sumedho

Nous savons tous que l’attention est un des outils les plus précieux pour le développement spirituel. Nous savons peut-être aussi qu’il y a différentes sortes d’attentions. En prenant comme perspective la libération spirituelle, nous pouvons dire qu’il y a deux sortes principales d’attention : l’attention juste et l’attention erronée.

L’attention juste mène à une libération du soi, tandis que l’attention erronée conduit à un emprisonnement encore plus profond dans le soi !

Ces deux sortes d’attention se distinguent par : a) l’attitude qui motive son développement, et b) la manière dont elle est développée. Pour correspondre à l’attitude juste, le développement de l’attention doit être pratiqué comme un outil pour la réalisation de la libération. Cela ne veut pas dire développer l’attention simplement avec le désir d’atteindre la libération, mais plutôt développer l’attention dans le cadre juste conduisant à la libération.

Par exemple, dans les enseignements du Bouddha, l’attention (sati) est contenue dans la pratique du Noble Octuple Sentier. Un des facteurs dans ce sentier est « l’attitude ou aspiration juste », c’est-à-dire, l’aspiration à la renonciation, l’absence de mauvaise intention et la non-violence, qui sont des qualités constituant l’attitude juste conduisant à la réalisation de la libération. Notre pratique de l’attention est-elle motivée par ces mêmes valeurs ? Ou bien notre pratique est-elle motivée davantage par le désir d’accumuler l’agression et la violence envers nous-mêmes ?

La façon de développer l’attention est aussi très importante. Souvent l’attention est développée comme si elle était un esclave de l’ego ou du sentiment d’un soi. Dans ces conditions les gens deviennent seulement davantage conscients de : « je suis en train de faire », « je suis en train de penser », « je suis en train de sentir », « je fais l’expérience de différentes choses ». Ainsi, à la fin, est-on simplement en train de renforcer le concept d’un soi, étant celui qui fait, qui pense, qui ressent, qui fait des expériences, etc.

Bien sûr, initialement, l’attention se développe comme une extension de l’ego, mais, dans la pratique bouddhiste, il est nécessaire qu’elle continue à progresser jusqu’à l’état d’absence d’ego, d’attention transpersonnelle, pour pouvoir être appelée « attention juste » dans le sens bouddhiste. Cela signifie être attentif à ce qui se fait, à ce qui est pensé, ressenti, expérimenté, plutôt qu’à celui qui fait, qui pense, qui ressent, qui expérimente !

Dans le Noble Octuple Sentier l’attention est également développée en relation avec le rassemblement mental (samâdhi). Ceci donne une profondeur pénétrante à l’attention, lui permettant d’atteindre les niveaux plus profonds du mental, qui ne sont pas imprégnés de manière si insidieuse par l’influence de l’ego. Ce sont les niveaux où le « bavardage mental » est calmé. Sans concentration l’attention reste liée étroitement au domaine de ce qui intéresse l’ego - le domaine de ce que j’aime, ou de ce que je désire, ou de ce à quoi je veux bien être attentif !

Si l’attention n’est pas développée dans le contexte de la libération et n’est pas développée d’une façon qui aide et conduise vers ce but, elle est simplement réquisitionnée pour réaffirmer et renforcer l’ego.

Association Bouddhique Theravâda
c/o Michel Henri Dufour, 22 rue de la Grange Aubel, 71000 SANCÉ -
Tél. : 03 85 20 14 42


http://vivekarama.fr/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling