BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter Dalaï Lama

Autres textes
Exposition de Thangka (11 déc. - 24 jan.) -
Kagyu Mönlam à la Grande Pagode 75012 Paris (28, 29, 30 et 31 juillet) - Eric
Formation à l’accompagnement des personnes en difficulté, en deuil (17, 18 jan.) -
La Marche Inspirante avec Thich Nhat Hanh (15-16 sept.) -
Construire une équipe, construire en équipe, stage Echanges et Action, animé par Lama Puntso et Dominique Bouvet (4 et 5 oct.) -
Méditation sur le corps et Vision pénétrante du Non-Soi, retraite dirigée par Ajahn Tiradhammo (20-22 mars) -
Pratiques de longue vie de Mandarava (20-22 mars) -
Le Zen comme mise en pratique de l’esprit de foi, conférence au Centre Bouddhiste International de Genève (28 fév.) -
Retraite d’été sous la direction de Lopön Yongzin Namdak Rinpoché (23 juillet - 11août) -
Explorer les bienfaits de la méditation et des valeurs humaines dans le milieu du travail (20-22 juin) - Eric
Actualités septembre 2009 : Le monastère de Bat Nha au Vietnam -

IMPRIMER

Ateliers Mandala (4-6 déc.)

ATELIERS MANDALA
Reconstruction spontanée de la personne

04 – 05 - 06 décembre 2010
Expérimenter le mandala en toute sécurité. Découvrir l’outil tout en se découvrant à travers nos propres créations guidées

Prix par personne : 360 €
Hébergement, nourriture, matériel et enseignement inclus

Lieu :
Vajradhara Ling – 61250 Aubry le Panthou (Normandie)

Information et inscription :
christellehauteville@gmail.com
06 87 80 08 60


Le mandala, lien entre l’invisible et nous

Le mandala est une forme centrée que l’on trouve dans tout le vivant, elle apporte l’apaisement et la concentration, favorise la prise de conscience, l’alignement intérieur, la réorientation intime. Cette forme universelle est puissante : entre le centre et la périphérie il y a la vie ! Comme dans la cellule de conception.

C’est dans l’approche expérientielle du mandala, du fait que notre main est l’outil, que notre corps est le canal, que notre conscience est le réceptacle… que nous allons nous connecter au divin. Réaliser un mandala, encore appelé dessin centré, c’est intégrer directement en soi la magie du mandala.

Faire nos propres mandalas, que nous colorions ou peignons un modèle ou que nous le créions, en étant centré, est un moyen habile pour accroître notre conscience. Le mandala est un support d’éveil. C’est un outil de méditation active.

Le contact avec la feuille passe par notre regard, nos doigts, notre odorat, nos oreilles. Nous imaginons, visualisons et dessinons des formes. Nous y mettons des couleurs, des matières, de l’espace. Et nous entrons en nous-même au rythme du mandala. Sans même savoir tout cela, c’est notre nature profonde qui est à l’œuvre. Les uns expérimentent les formes, les autres les couleurs ou les matières. Ce sont autant de messages que l’invisible nous envoie. Le mandala est un formidable vecteur de messages directs, touchant le conscient ou l’inconscient.

Les informations qui jusque là nous échappaient, trouvent l’espace de se manifester. Chacun reçoit ses propres réponses. Le niveau de l’information est fonction de notre ouverture, de ce que nous sommes prêts à recevoir.

Au premier contact, la force du mandala réside dans son contour, son cercle qui canalise. Il nous offre un monde définit, une sécurité. Le centre symbole notre cœur. C’est la base de notre alignement intérieur qui se met en place. Le Cœur est au centre du monde.

A l’intérieur du cercle, il y a tout un monde, riche et intégrant notre environnement, monde dont nous faisons partie. C’est déjà le début de l’interdépendance.

Et ce monde, nous le façonnons, nous y plongeons, tentons d’y résister, voulons le modifier, le conceptualiser, puis l’acceptons tel qu’il se présente, ajoutons de la lumière, de l’ancrage, de l’espace… et au final, il est tel qu’il doit être, il délivre l’information brute, sans détournement. Nous ne pouvons échapper à l’information. Et si nous sommes pleinement ouverts, nous faisons un avec ce monde. Nous expérimentons la non dualité. L’alignement intérieur se poursuit. Nous nous redressons, tel un guerrier.

Cette sécurité trouvée, l’ouverture est naturelle. Nous touchons notre bonté fondamentale. Nous sommes en paix avec nous-mêmes, notre espace intérieur est suffisamment vaste et calme pour s’aventurer, curieux, au-delà de la sécurité première. Alors le monde devient sans limite, les messages sont extrêmement clairs et puissants. L’esprit grandit, se renforce. Le guerrier se met en marche, son armure est légère et il transcende les peurs.

Si dans l’espace du mandala, nous faisons alliance avec notre esprit et le laissons se développer, dans les couleurs et les matières nous y verrons les manifestations de l’esprit. A un certain niveau, notre main donne forme à ce que notre inconscient veut nous dire. A un autre niveau, notre main est vecteur de conscience et nous recevons les messages célestes.

Le mandala est donc un lien entre l’invisible et nous. De la vacuité, de la base Kunshi, émerge dans une vision pure les 5 couleurs, et dans une vision dualiste les manifestations. Nous ressentons ce processus à l’œuvre dans notre mandala. De la vacuité émerge une information qui prend forme, couleur et matière dans notre mandala. Comme nous sommes le canal permet à la manifestation de se matérialiser, le message est inscrit en nous. Notre acceptation est garante de notre réalisation. Alors l’alignement est parfait. Nous sommes droit, tel un roi ou une reine, et nous gouvernons notre monde.

Un mandala, c’est un monde, à un instant donné. Il a un message très précis à transmettre, il est source d’éveil. Comme pour toute chose, il n’y a pas de jugement à avoir. Notre mandala est le bon, puisqu’il a été manifesté.

Notre enfant intérieur exprime joie et créativité. Ce mode d’expression est libérateur. Nous y prenons à la fois une posture de guerrier, de roi ou de reine, d’enfant. C’est toute notre richesse qui s’exprime.

Alors regardez autour de vous, il y a des milliards de mandalas, de toutes les formes. Amusez-vous à les ressentir, à les entendre, à les pressentir. Et surtout amusez-vous à investir votre propre mandala, à vivre ses mutations d’instants en instants. Vous y toucherez l’impermanence, l’interdépendance, la magie de la vie, la connexion au divin, l’immortalité.

Christelle HAUTEVILLE




Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling