BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Poème
Conte : L’arbre qui se comportait comme un chasseur - Centre Bouddhique International
Le garçon et les clous : un conte sur l’importance des amis - Fondation bouddhiste Vihara Lemanique
Je ne cesse de naître - Thich Nhat Hanh
Never give up - Sa Sainteté le Dalaï Lama
Poèmes Zen - Khoa Nguyen
Le sourire - Jean-Pierre Maradan
Le maître est décédé, les grands frères sont là - Nyoen
Thich Nhat Hanh
La Sangha - Thich Nhat Hanh
Discours de Berkeley donné par Thich Nhat Hanh , le 13 septembre - Thich Nhat Hanh
Entretien avec maître Thich Nhât Hanh - Vincent Bardet
Inter-être ou l’interdépendance de tous les phénonèmes - Thich Nhat Hanh
La Pleine Conscience de la respiration - Thich Nhat Hanh
Notre véritable héritage - Thich Nhat Hanh
L ’ homme n’est pas notre ennemi - Thich Nhat Hanh
Village des Pruniers
Les 14 entraînements de l’Ordre de L’Inter-être - Thich Nhat Hanh
La paix : un art, une pratique, une approche bouddhiste - Thich Nhat Hanh
Attaque contre la terreur - Thich Nhat Hanh
Le chemin de la Paix : Cultiver la compassion en réponse à la violence - Thich Nhat Hanh
Etre libre là où vous êtes - Thich Nhat Hanh
Embrasser sa colère - Thich Nhat Hanh
Les Quatre Mantra ou La vraie présence - Thich Nhat Hanh
Même rubrique

Mahâprajnâpâramitâ - Houei Neng
Sandokaï - Maître Sekito Kisen
Ouvrir la main des pensées - Kosho Uchiyama Roshi
Les Quatre Nobles Vérités - Vénérable Thich Huyen-Vi
Zazen sans rien gagner - Rév. Issho Fujita
L’obéissance (Rai Hai Tokuzi) - Maître Dogen
Méditation et non méditation - Yongey Mingyour Rinpoché
Autres textes
Les yeux de la compassion doivent être capables de voir loin - Jetsun Pema
Nouvelle économie : Entre start-up et économie solidaire - Philippe Merlant
Bodaïshin : l’aspiration à l’éveil - Pierre Crépon
L’observation est naturelle, pourtant elle nous est étrangère - Marc Marciszewer
Nirvana - Ajahn Thanissaro
Recherches introspectives sur le chant diphonique et leurs applications - Trân Quang Hai
La vie à l’hôpital du Bouddha - Thanissaro Bhikkhu
Thich Nhat Hanh

Les quatre Mantras ou la vraie présence par Thich Nhat Hanh
A la recherche de l’Ultime par Thich Nhat Hanh
Bouddhisme et Christianisme par Thich Nhat Hanh
Comment transformer les peurs par Thich Nhat Hanh
Embracing Our Pain in the Aftermath of the Tsunami par Thich Nhat Hanh
Entraînement aux Dix Merveilleux Mouvements à la Pleine Conscience par Thich Nhat Hanh
Guérir la violence par Thich Nhat Hanh

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Appelez-moi par mes vrais noms

Par Thich Nhat Hanh

"Thich Nhât Hanh écrit ses poèmes de tout son être", dit soeur Chankhong. La poésie est pour ce maître zen vietnamien le moyen de nous transmettre sa réalisation à travers des mots et des images sensibles qui nous touchent.

Ne dites pas, je serai parti demain,
car je ne cesse de naître, aujourd’hui encore.

Regardez en profondeur : je nais à chaque seconde
bourgeon sur une branche printanière,
oisillon aux ailes encore fragiles,
apprenant à chanter dans mon nouveau nid,
chenille au coeur d’une fleur ;
bijou caché dans une pierre.

Je ne cesse de naître, pour rire et pour pleurer ; pour craindre et pour espérer :
Mon coeur est rythmé par la naissance et
la mort de tout ce qui est vivant.

Je suis l’éphémère se métamorphosant sur l’eau de la rivière,
et je suis l’oiseau qui, au printemps, naît juste à temps
pour manger l’éphémère.

Je suis la grenouille nageant heureuse dans la mare claire,
Et je suis l’orvet approchant en silence pour se nourrir de la grenouille.

Je suis l’enfant d’Ouganda, décharné, squelettique,
aux jambes pareilles à des bambous fragiles,
et je suis le marchand d’armes vendant des armes meurtrières à l’Ouganda.

Je suis la fillette de douze ans, réfugiée sur une frêle embarcation,
Se jetant à l’eau pour avoir été violée par un pirate,
et je suis le pirate, au coeur incapable encore de voir et d’aimer :

Je suis un membre du Politburo,
et je suis l’homme qui doit acquitter sa "dette de sang " envers mon peuple,
mourant lentement aux travaux forcés.

Ma joie est comme le printemps, chaude,
au point d’épanouir des fleurs en tout mode de vie.
Ma peine forme une rivière de larmes, débordante,
au point d’emplir les quatre océans.

S’il vous plaît, appelez-moi par mes vrais noms,
Que j’entende ensemble mes cris et mes rires,
Que je voie ma joie mais aussi ma peine.

Appelez-moi, s’il vous plaît, par mes vrais noms,
Que je m’éveille, et ouvre pour toujours la porte de mon cœur,
la porte de la compassion.

Village des pruniers
Centre Martineau
33580 Dieulivol
Téléphone :05 56 61 84 18


http://www.villagedespruniers.org/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling