BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Karma
La loi de causalité - Vénérable Thich Huyen-Vi
Pardon et réconciliation dans le bouddhisme - Jean-François Gantois
Théravada
N’être personne - Ajahn Sumedho
Quelques mots encore... - Ajahn Chah
Le Tipi Taka (les trois Corbeilles) ou Canon Paali - Michel Henri Dufour
Following the Path -
L’approche de la mort dans le bouddhisme - Vénérable Parawahera Chandaratana
L’art de la méditation - Ajahn Thiradhammo
La paix entre les religions - Vénérable Parawahera Chandaratana
Même rubrique

La loi de causalité - Vénérable Tich Thien Châu
L’Homme et la Nature - P.A.Payutto
Moment Propice - Maître Dogen
Qui est votre maitre ? - Kobun Chino Roshi
Découverte du Bouddhisme - Comment Méditer ? - Lama Zopa Rinpoché
Le Processus de la mort - Vénérable Lama Lodreu
Conseils à un méditant découragé - Ajahn Chah
Autres textes
Au coeur de la vie spirituelle - Henri Madelin
Pratique de la conscience éveillée - Jon Kabat-Zinn
Le bouddhisme à l’épreuve de la vie - Sofia Stril-Rever
Prière interreligieuse - DIMMID
Le Bonheur grâce au Dharma - Konchog Tharchin Rimpoche
Le Buddha, un pionnier des droits... et des devoirs de l’homme... et de l’animal - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
La fulgurante épopée des Karmapas : entretien avec Francesca Yvonne Caroutch - Fabrice Midal
Vénérable Parawahera Chandaratana

Don sacré et don profane dans le Theravada par Vénérable Parawahera Chandaratana
L’approche de la mort dans le bouddhisme par Vénérable Parawahera Chandaratana
La méditation par Vénérable Parawahera Chandaratana
Les edits de l’empereur Asoka : Pitié et Charité par Vénérable Parawahera Chandaratana

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Enseignements


Aperçu sur le kamma suivant le bouddhisme

Notre délivrance ainsi que notre chute dépendent de nous-mêmes, de nos attitudes mentales et des oeuvres que nous accomplissons en fonction de ces attitudes.

Par Vénérable Parawahera Chandaratana

Voilà une chaîne qui relie d’innombrables vies, qui les forme pour ainsi dire, jusqu’à atteindre la délivrance finale.

Cette loi du kamma (sanscrit : karma) fait partie des enseignements essentiels dans le Bouddhisme. Ne pas oublier que cette loi n’a pas d’origine dans le temps ; rien ne peut la modifier, encore moins l’annuler. Ce concept fait la différence entre le bouddhisme et d’autres religions.

Le kamma est inhérent à la renaissance (samsâra) ; dans ce samsâra qui est un cercle de continuité, les deux concepts relatifs nommés « Bien » et « Mal » sont inclus. Cette « roue » de la vie demeure tant qu’il y a soif (tanhâ) de la vie, et désir (kâma) de celle-ci, voire tant qu’il y a gratification des sens. De même tant que ces derniers se maintiennent, il n’y a point de Libération, mais la souffrance continue. L’origine de ces phénomènes est l’ignorance.

Quant aux mécanismes de la renaissance, fruit du kamma, le bouddhisme enseigne, que tout être est un agrégat d’énergies matérielles et mentales. Après la mort, à savoir après l’arrêt du fonctionnement de l’organisme physique, les énergies demeurent vives : ce sont la volonté et le désir ardent d’exister, de progresser dans son existence... Ils sont si puissants qu’ils se manifestent de nouveau avec un autre corps en fonction, chargé du bien, du mal et de toutes les transformations opérées et « préparées » dans les vies antérieures. Tout cela s’accumule dans le corps d’autant plus qu’il est le « créateur » de celui-ci.

Voilà le processus de la réexistence, la « renaissance » . Dans le cours d’une même vie nous naissons, mourons et renaissons chaque instant, tout en continuant à exister, et ce, sans nécessité d’un atman ou d’une âme immuable.

La renaissance ne suppose pas l’existence d’une âme inchangée voire figée indépendamment du corps et du mental, qui « recevrait » un nouveau corps, châtiée ou récompensée par celui-ci, une âme déchue tombée du monde spirituel dans le « gouffre » de la matière. De plus, suivant le bouddhisme il n’est pas question de rétribution ou de punition accordée ou infligée à l’être vivant par une divinité gouvernante ; mais il s’agit d’un processus de causes et effets, d’actions et de réactions ; autrement dit : c’est une loi inchangeable.

Les agrégats d’énergies physiques et mentales qui composent la « vie » , changent incessamment et à tout instant ; ils meurent et sont ravivés. La vie est un flux ininterrompu sans qu’il ait besoin d’une substance transmigrant d’un corps à un autre, ni d’une étape à une autre.

Le Bourget, mai, 1988.

Vésak de l’année bouddhique 2532.

Centre Bouddhique International
7, rue Cité Firmin Bourgeois
93350 LE BOURGET
Tél. : 01 48 35 10 71 - Fax : 01 48 37 63 14


http://www.centrebouddhique.net/





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling