BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Théravada
Attention et libération - Ajahn Sumedho
Nirvana - Ajahn Thanissaro
Don sacré et don profane dans le Theravada - Vénérable Parawahera Chandaratana
Quelques mots encore... - Ajahn Chah
Le Théravada - Michel Henri Dufour
L’attention - Ajahn Chah
La vigilance, chemin vers le nibbâna - Ajahn Sumedho
Même rubrique

Approche de la méditation - Michel Henri Dufour
Prajnaparamita, Perfection de la Sagesse -
La méditation bouddhique - Vénérable Thich Huyen-Vi
Chants des Dakinis -
Yeshe Tsogyal, Reine De L’espace -
Sarasvati, brillante comme mille soleils -
Vivre ensemble à Menla Ling -
Autres textes
Qu’entendez-vous par "Ecouter - Comprendre" ? - Bertrand Schwartz
Bouddhisme : un nouvel humanisme possible pour l’entreprise - Jean-Pierre Méchin
Un entretien informel avec Lama Thubten Yeshe - Lama Thubten Yeshe
Le degré le plus élevé d’une conscience humaine - Emmanuel Hirsch
La liberté absolue - Suzuki Shunryu Roshi
La prière qui apaise les souffrances - Pema Wangyal Rinpoche
Une nouvelle culture pour un agir renouvelé - Réseau Cultures
Michel Henri Dufour

A“ngulimaala : la réhabilitation d’un tueur par Michel Henri Dufour
Ajahn Chah par Michel Henri Dufour
Aux sources du bouddhisme : la tradition de la Forêt par Michel Henri Dufour
Aux sources du bouddhisme : la tradition de la forêt par Michel Henri Dufour
Interview d’Ayyaa Upekkhaa par Michel Henri Dufour
L’oeil divin, ou ce que voit le Bouddha par Michel Henri Dufour
La communauté monastique par Michel Henri Dufour

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Pratique


Amaravati : le premier monastère de forêt en Occident

Amaraavatii est un centre d’enseignement et de pratique destiné aux laïcs et aux moines

Par Michel Henri Dufour

« Appamaado amatapada“m pamaado maccuno pada“m

Appamattaa na miiyanti ye pamattaa yathaa mataa. »

(La vigilance est le sentier du nibbaana. La négligence est le sentier de la mort. Ceux qui sont vigilants sont délivrés de la naissance et de la mort. Ceux qui sont négligents sont considérés comme déjà morts. )

Dhammapada, verset 21.

Bien que les bhikkhu acceptent avec joie ce qui est offert et se contentent de conditions parfois austères en termes de logement et de nourriture, l’évolution naturelle veut qu’ils soient toujours en mesure de répondre aux besoins spirituels de la communauté laïque. Dès la fin de la vie du Bouddha déjà, ses disciples étaient passés du stade d’un petit groupe de moines errants à celui d’une vaste communauté parfaitement organisée, résidant dans de grands monastères répandus dans toute la région centrale de l’Inde. De la même manière, lorsque qu’Ajahn Chah, célèbre maître contemporain en Thaïlande, est arrivé dans la région d’Ubon (Nord-Est du pays) il vivait dans la forêt avec simplement ses vêtements et son bol. Au fil des années s’est créé autour de lui le monastère de Vat Pah Pong, grand centre spirituel utilisé maintenant par des milliers de personnes. À partir de ce noyau d’autres monastères ont été établis en Thaïlande (dont Vat Pah Nanachat, tout particulièrement réservé aux occidentaux). À ce jour, plus de cent-vingt monastères de forêt ont été créés, inspirés de son enseignement. De très nombreux disciples d’Ajahn Chah résident à travers le monde, le noyau de cette Communauté en Occident étant constitué par le monastère de Chithurst et le centre bouddhique Amaraavatii en Angleterre, ouvert en 1985, sous la direction du Vénérable Sumedho, l’un des premiers disciples occidentaux du Maître. D’autres monastères ont été par la suite créés en Australie, Nouvelle-Zélande, Italie, États-Unis et Suisse.

Situé dans la campagne anglaise du Hertfordshire, à environ soixante kilomètres au Nord-Ouest de Londres, Amaraavatii est un centre d’enseignement et de pratique destiné aux laïcs et aux moines. Il abrite une communauté de moines, de nonnes et de postulants dont tout visiteur peut partager, au sein d’un environnement encourageant le calme et la contemplation, la vie de méditation et de travail, exemple vivant de la voie bouddhique.

Amaraavatii signifie "le royaume non soumis à la mort" (l’un des synonymes de nibbaana) dans les Écritures bouddhiques en langue paali, réminiscence constante de l’aspiration spirituelle la plus élevée.

À la fin de l’été 95 les travaux de construction du nouveau temple ont débuté à Amaraavatii. La communauté monastique, déjà installée depuis dix ans, a ressenti profondément la nécessité de cette réalisation en réponse à l’accroissement de l’intérêt des laïcs et à la renommée du monastère (et des autres centres affiliés) dans le monde entier.

Comme tout monastère bouddhique de la tradition Theravaada le centre d’Amaraavatii n’est pas isolé du monde et, même si les débuts furent parfois délicats, il fait maintenant partie intégrante du paysage spirituel local et bénéficie de nombreux soutiens. Le Vinaya (code de discipline monastique) crée un lien très étroit et très solide entre la Communauté des moines et des nonnes et la société environnante. En effet, en l’absence de l’offrande quotidienne de nourriture et du soutien à long terme de la communauté laïque, la Sa“ngha ne peut survivre. Bien entendu, un tel soutien ne peut être effectif que si la Sa“ngha fournit un exemple digne de respect, et que la relation ainsi créée offre un cadre dans lequel la générosité, la compassion et l’encouragement mutuel peuvent se développer.

La dépendance vis-à-vis des autres encourage les moines et les nonnes à vivre dans la confiance et à se satisfaire d’un niveau de vie modeste. Une relation équilibrée est ainsi maintenue, la San“gha offrant l’aide spirituelle par l’enseignement et par sa présence, les laïcs utilisant l’opportunité d’exercer leur générosité et de participer directement et avec joie à la vie spirituelle.

Amaraavatii compte une Sa“ngha française, modeste sans doute mais permettant au visiteur francophone d’avoir des guides pour appréhender la réalité et l’esprit du lieu. Ayyaa Sundaraa, Ayyaa Upekkhaa, deux nonnes parmi les plus anciennes, et un moine Vénérable Saavako (ordonné début 2001) font partie de cette Communauté (sans toutefois toujours résider à la "maison mère").

Un jour ordinaire à Amaraavatii

Lever à 4 h

5 h : puujaa du matin et méditation dans le temple principal (bot) puis travaux domestiques

7 h 15 : rassemblement de la Communauté autour du petit déjeuner puis réunion de travail et préparation du repas auquel chacun est invité à participer

11 h : repas

1 h 30 : méditation et étude individuelles

5 h : thé

7 h 30 : puujaa du soir et méditation

9 h 45 : coucher.

Cet emploi du temps est quelque peu modifié les jours de changement de lune (uposatha) ou en fonction des travaux à accomplir au monastère. Quel que soit l’emploi du temps l’accent est toujours mis sur la nécessité d’utiliser la vie quotidienne comme base de pratique et de profiter des diverses opportunités offertes de mettre les enseignements au test de cette confrontation avec les exigences de la vie communautaire et de la contemplation individuelle.

Quelques règles

Les moines, nonnes et novices à Amaraavatii observent le code de conduite monastique, dont la base est formalisée dans les huit préceptes suivants, que les hôtes sont également censés suivre. Ces préceptes concernent :

– la non-violence : ne pas intentionnellement ôter la vie à un être vivant

– l’honnêteté : ne pas s’approprier ce qui n’a pas été offert

– la continence : s’abstenir de toute activité sexuelle

– la parole correcte : s’abstenir de paroles mensongères, malveillantes

– la sobriété : s’abstenir de boissons enivrantes et de drogues

– le renoncement : ne pas manger l’après-midi

– le contrôle des sens : s’abstenir d’assister à des spectacles, de porter des bijoux, se parfumer,… (les hôtes sont invités à s’habiller modestement, à ne pas écouter ou jouer de la musique)

– la vigilance : s’abstenir de trop dormir.

Renseignements pratiques

– Pour résider à Amaraavatii : en dehors des périodes de retraites écrire au “Guest Monk”, pour les retraites, au “Retreat Manager” : Amarâvatî Monastery, Great Gaddesden, Hemel Hempstead, Herts HP1 3BZ, England.

Tous les enseignements, le logement et la nourriture sont offerts par la San“gha et ses amis. Le monastère reçoit tout don avec gratitude car cela permet à la Communauté de vivre et de pratiquer ainsi que d’accueillir les visiteurs et les pratiquants.

– Publication trimestrielle : Forest Sangha Newsletter (site : http://www.fsnews.cjb.net). Le monastère diffuse également de nombreux ouvrages de la tradition de forêt.

– Histoire du monastère : http://www.deathless.cjb.net.

ENCADRÉ

« L’intérieur et l’extérieur se réfléchissent l’un l’autre. Lorsque le refuge intérieur du triple Joyau est cultivé, son développement est soutenu par l’environnement et s’y reflète. Si la pureté, la lumière et la paix sont cultivés intérieurement, se trouver dans des conditions favorisant cette culture est une aide précieuse. Et si ces qualités sont véritablement nos guides, la manière dont nous construisons et entretenons notre environnement sera imprégnée de ce même esprit.

Tout comme le triple Joyau est un refuge pour quiconque désire l’utiliser, un Vihaara (résidence monastique) est un lieu pour quiconque accorde de la valeur aux qualités qu’il entretient. De nombreuses personnes passent ici, et notre but est que le nouveau temple soit un sanctuaire symbolisant pour nous toutes les caractéristiques du coeur humain dignes d’être cultiver.

Il doit être un lieu de pureté, de lumière et de paix. Un lieu qui inspire et encourage la vie spirituelle et dont l’espace et la dignité soutiennent tous types de pratique spirituelle. Un temple de cette nature est un creuset au sein duquel la contemplation, la sérénité et la vigilance se cristallisent et ont la possibilité de s’épanouir pleinement dans nos vies. En bref il doit être la manifestation extérieure de la beauté et de la force du Triple Joyau. »

Ajahn Sumedho

source : Samsâra

Association Bouddhique Theravâda
c/o Michel Henri Dufour, 22 rue de la Grange Aubel, 71000 SANCÉ -
Tél. : 03 85 20 14 42


http://perso.club-internet.fr/mhd-abt/vivekarama





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling