BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Théravada
La méditation - Vénérable Parawahera Chandaratana
Lâcher prise sur la souffrance - Ajahn Thiradhammo
What Is Contemplation ? - Ajahn Chah
La pratique laïque - Michel Henri Dufour
Aux sources du bouddhisme : la tradition de la forêt - Michel Henri Dufour
Les quatre nobles vérités - Michel Henri Dufour
Compassion et pardon - Jack Kornfield
Même rubrique

Rencontre avec mon maître spirituel - Matthieu Ricard
Pourquoi je photographie ? - Matthieu Ricard
Nonnes zen japonaises au XXe siècle - Jade Reidy
Soeur Gina, abbesse au Village des Pruniers - Jean-Pierre et Rachel Cartier
Le message de Bernie Glassman, maître zen : porter témoignage de l’intégralité de la vie - Sofia Stril-Rever
Titre : « Atteindre l’Eveil en tant que femme » ou le destin singulier d’une jeune anglaise devenue nonne bouddhiste - Sofia Stril-Rever
Khandro Rinpotché : "La révolution tranquille des moniales a commencé" - Bouddhisme Actualités
Autres textes
Les variations biologiques au sein de l’espèce humaine sont minimes - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Guérir par la méditation, entretien avec Tulkou Thondoup Rinpotché - Jean-Claude Cartier
Évolution de la pensée managériale et contributions possibles des principes bouddhistes - Daniel Belet
Le mur de la prison d’en face - Cecile Duflot
La cuisine indienne, entre plaisirs gustatifs et bienfaits énergétiques - Geneviève Maillant
Le Tibet se meurt -
« Une guérison d’une puissance exceptionnelle », selon le docteur Lionel Coudron - Phakyab Rinpoche et Sofia Stril-Rever
Michel Henri Dufour

A“ngulimaala : la réhabilitation d’un tueur par Michel Henri Dufour
Amaravati : le premier monastère de forêt en Occident par Michel Henri Dufour
Approche de la méditation par Michel Henri Dufour
Aux sources du bouddhisme : la tradition de la Forêt par Michel Henri Dufour
Interview d’Ayyaa Upekkhaa par Michel Henri Dufour
L’oeil divin, ou ce que voit le Bouddha par Michel Henri Dufour
La communauté monastique par Michel Henri Dufour

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Portraits


Ajahn Chah

Une courte biographie d’Ajahn Chah, le sage de la forêt

Par Michel Henri Dufour

image 268 x 218
Le Vénérable Ajahn Chah, est né le 7 juin 1918 dans un petit village près d’Ubon Rajathani, au Nord-Est de la Thaïlande. Après sa scolarité primaire il passa trois ans comme novice avant de retourner à la vie laïque pour aider ses parents à la ferme.À vingt ans il décida de reprendre la vie monastique et le 26 avril 1939 reçut l’ordination monastique supérieure, upasampadaa. Sa vie monastique au début a suivi le cursus traditionnel : étude des Enseignements bouddhiques et de la langue paali. Au cours de sa cinquième année monastique son père tomba gravement malade et mourut, brusque rappel de la précarité de l’existence humaine. Ceci le fit profondément réfléchir au but réel de la vie, car bien qu’il eût étudié abondamment et acquis la maîtrise du paali il ne s’en trouvait pas moins éloigné de la compréhension personnelle de la cessation de la souffrance.

Un sentiment d’insatisfaction s’installa, il abandonna ses études en 1946 et partit en pèlerinage comme moine errant. Il gagna à pied le centre de la Thaïlande, dormant dans les forêts et collectant sa nourriture dans les villages sur son chemin, et s’installa dans un monastère où le Vinaya était soigneusement étudié et pratiqué. C’est à cette époque qu’on lui parla d’Ajahn Mun Buridatto, un Maître de méditation hautement respecté. Désireux de rencontrer un tel Maître accompli, Ajahn Chah se mit en route à pied pour le Nord -Est de la Thaïlande afin de le rencontrer.

À cette époque Ajahn Chah se débattait avec un problème crucial. Il avait étudié les Enseignements concernant l’éthique, la méditation et la sagesse, que les textes traditionnels présentaient de façon détaillée et raffinée, mais il ne voyait pas comment les mettre en pratique. Ajahn Mun lui déclara que, malgré le caractère extensif des Enseignements, leur essence était très simple. Avec l’établissement de l’attention il est possible de voir que tout est issu de ce que les Maîtres de Forêt nomment “mental-cœur” ; c’est là-même que se trouve le véritable chemin de la pratique. Cet enseignement succinct et direct fut une révélation pour lui et transforma son approche de la pratique. La Voie était désormais claire.

Pendant les sept années suivantes Ajahn Chah pratiqua selon le style de l’austère tradition de Forêt : vêtu de robes confectionnées dans des tissus rejetés et n’en possédant que trois, ne se nourrissant que de ce qui est offert, visitant sans omission toutes les maisons même celles des plus pauvres, ne mangeant qu’une seule fois par jour, mélangeant dans le bol toute la nourriture offerte, vivant sous un arbre sans l’abri d’un toit, selon les trois postures (marche, debout, assis), sans jamais s’allonger ; telles étaient quelques-unes des règles qu’il s’imposa, se déplaçant à travers la campagne à la recherche d’endroits isolés et calmes, propices au développement de la méditation. Il vécut dans la jungle en des lieux infestés de tigres et de cobras, utilisant les réflexions sur la mort pour pénétrer le sens réel de la vie. À une occasion il pratiqua dans un champ de crémation pour défier et en définitive vaincre sa peur de la mort.

À ce moment, transi et transpercé par la pluie de mousson, il vit en face la profonde détresse et la solitude du moine errant.

En 1954, après des années d’errance, il fut invité à revenir dans son village natal. Il s’installa dans les environs, au cœur d’une forêt nommée Pah Pong, infestée de malaria et, d’après le villageois, hantée. Malgré les épreuves dues à la fièvre, l’abri précaire et la nourriture frugale, les disciples venaient le rejoindre en nombre croissant. Le monastère connu actuellement sous le nom de Wat Pah Pong débuta ainsi et petit ) à petit d’autres branches furent établies.

En 1967, un moine américain vint résider à Wat Pah Pong. Le Vénérable Sumedho, nouvellement ordonné, venait juste de passer sa première vassa (retraite de la saison des pluies) pratiquant intensément la méditation dans un monastère près de la frontière laotienne. Bien que ses efforts aient porté quelques fruits, le Vénérable Sumedho comprit qu’il avait besoin d’un Maître pouvant lui enseigner tous les aspects de la vie monastique. Or il advint qu’un des moines d’Ajahn Chah, qui parlait un peu l’anglais, visita le monastère où résidait le Vénérable Sumedho. En entendant parler d’Ajahn Chah il demanda de quitter son précepteur et accompagna le moine de retour à Wat Pah Pong.

Ajahn Chah accepta sans réserves le nouveau disciple mais insista sur le fait qu’il ne recevrait aucun traitement de faveur en raison de sa qualité d’Occidental. Il devrait manger la même nourriture simple et pratiquer de la même manière que tout autre moine de Wat Pah Pong.

La formation était rude et rébarbative. Ajahn Chah poussait souvent les moines jusqu’à leurs limites, pour tester leur endurance afin qu’ils soient en mesure de développer la patience et la détermination. Parfois il mettait en place des projets de travaux de longue durée, apparemment sans objet, pour frustrer leur attachement à la tranquillité. Constamment, il insistait sur la nécessité de s’abandonner à la nature des choses telles qu’elles sont et l’accent était mis sur une stricte observance du Vinaya.

Au fur et à mesure d’autres Occidentaux vinrent à Wat Pah Pong. À cette époque le Vénérable Sumedho était un bhikkhu de cinq “vassa” (cinq années d’ordination) et Ajahn Chah le considérait apte à enseigner, certains des nouveaux moines ayant également décidé de demeurer là pour leur formation.

Pendant la saison chaude de 1975, le Vénérable Sumedho et un groupe de bhikkhu passèrent quelques temps dans la forêt non loin de Wat Pah Pong. Les villageois du lieu leur demandèrent de rester et Ajahn Chah donna son accord. C’est ainsi que Wat Pah Nanachat (le monastère international de forêt) vit le jour, et le Vénérable Sumedho devint le supérieur du premier monastère de Thaïlande dirigé par et pour des moines de langue anglaise.

En 1977, Ajahn Chah quitta pour la première fois sa forêt. Il fut invité en Angleterre par l’“English Sangha Trust”, association dont le but était d’établir une Sangha bouddhiste locale. Il emmena avec lui le Vénérable Sumedho et le Vénérable Khemadhammo, et, voyant l’intérêt sérieux suscité, les laissa à Londres au Hampstead Vihaara, avec deux autres disciples occidentaux voyageant alors en Europe.

Il revint en Angleterre en 1979, date à laquelle les moines quittèrent Londres pour mettre en place le monastère de Chithurst dans le Sussex. Il gagna ensuite les États-Unis et le Canada pour répondre à des invitations à enseigner.

À la suite de ce voyage, et de nouveau en 1981, Ajahn Chah passa sa retraite des pluies loin de Wat Pah Pong, sa santé s’altérant en raison du diabète. Sa maladie s’aggravant, il utilisait alors son propre corps comme enseignement, exemple vivant de la non-permanence de toutes choses. Il rappelait constamment la nécessité de trouver un véritable refuge en soi car il ne pourrait plus enseigner encore très longtemps.

Avant la fin de la retraite des pluies de 1981 il fut transporté à l’hôpital pour une intervention chirurgicale qui n’améliora pas la situation. Dans les quelques mois qui suivirent il perdit l’usage de la parole, et peu à peu le contrôle de ses membres jusqu’à ce qu’il soit pratiquement paralysé et cloué au lit. Par la suite, il fut entouré et soigné par des disciples dévoués, reconnaissants de l’opportunité offerte de servir le Maître qui avait si patiemment et avec tant de bienveillance montré la Voie à un si grand nombre de personnes.

Ajahn Chah est mort à Wat Pah Pong le 16 janvier 1992.

De très nombreux disciples d’Ajahn Chah résident à travers le monde. Le noyau étant constitué par le monastère de Chithurst et le centre d’Amaraavatii, tous deux en Angleterre, ce dernier ouvert en 1985, sous le direction du Vénérable Sumedho. D’autres monastères ont été par la suite créés en Australie, Nouvelle-Zélande, Italie, États-Unis et Suisse. Ils accueillent pour des enseignements et des retraites nombre de laïcs.

Ajahn Chah est venu en France en 1977, pour l’officialisation du centre Bodhinyaanaarama à Tournon sur Rhône, mais il existe encore peu d’intérêt pour la tradition de la forêt dans notre pays.

Association Bouddhique Theravâda
c/o Michel Henri Dufour, 22 rue de la Grange Aubel, 71000 SANCÉ -
Tél. : 03 85 20 14 42


http://perso.club-internet.fr/mhd-abt/vivekarama





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling