BuddhaLine Recherche Plan du site Partenaires Forum Annuaire Newsletter CD - Le chant des Dakinis

Historique
Vesak - Michel Henri Dufour
Le Sermon sur le Sauvage - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
La redécouverte de Dogen - Pierre Crépon
La religion Bön, son fondateur, ses doctrines - Yungdrung Bon
La morale dans le bouddhisme ancien - André Bareau
Les femmes dans l’histoire du zen - Jade Reidy
Le Shingon, bouddhisme tantrique du japon - Thierry Mollandin
Théravada
La doctrine du non-soi :anatta - Vénérable Walpola Rahula
La vigilance, chemin vers le nibbâna - Ajahn Sumedho
Approfondir la pratique - Ajahn Thiradhammo
Une histoire de banque d’ovule - Jack Kornfield
The Four Noble Truths - Amaravati Publications
Le contact des sens, la fontaine de sagesse - Ajahn Chah
La paix entre les religions - Vénérable Parawahera Chandaratana
Même rubrique

Le Bouddha, pionner des droits de l’homme - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
Les variations biologiques au sein de l’espèce humaine sont minimes - Dr Gabriel "Jîvasattha" Bittar
L’oeil divin, ou ce que voit le Bouddha - Michel Henri Dufour
Dans cette vie et dans toutes les vies - Phakyab Rinpoche et Sofia Stril-Rever
Rencontre au Village des Pruniers - Marc Puissant
Pratique de la conscience éveillée - Jon Kabat-Zinn
Silence et parole dans la méditation ou silence dans la mystique chrétienne - Père Chevallier
Autres textes
La “vigilance” du tireur d’élite - Matthieu Ricard
Compassion et pardon - Jack Kornfield
Les quatre conduites du Bodhisattva - Maître Dogen
L’idéal de bodhisattva dans le bouddhisme - Yukai Sensei
Quel Kalachakra pour le XXI° siècle, avec Frédéric Lenoir - Frédéric Lenoir
Confucius et Bouddha : sources du développement asiatique ? - Gérard Donnadieu
La liberté absolue - Suzuki Shunryu Roshi
Michel Henri Dufour

Ajahn Chah par Michel Henri Dufour
Amaravati : le premier monastère de forêt en Occident par Michel Henri Dufour
Approche de la méditation par Michel Henri Dufour
Aux sources du bouddhisme : la tradition de la Forêt par Michel Henri Dufour
Aux sources du bouddhisme : la tradition de la forêt par Michel Henri Dufour
Interview d’Ayyaa Upekkhaa par Michel Henri Dufour
La communauté monastique par Michel Henri Dufour

Bookmark and Share
- imprimer

> Bouddhisme > Essais


A“ngulimaala : la réhabilitation d’un tueur

L’histoire d’A“ngulimaala, un “serial killer” de l’époque du Bouddha, illustre la possibilité de manifester la nature lumineuse de l’esprit et de développer les qualités de l’Éveil même dans les conditions les plus extrêmes.

Par Michel Henri Dufour

« Abandonner tout ce qui est malsain et négatif, cultiver ce qui est sain et positif, purifier son esprit, voici l’enseignement de tous les bouddhas. » (Dhammapada)

Si nous nous accordons la possibilité de changer et d’évoluer vers ce qui est positif dans notre vie de tous les jours, pourquoi en général refuse-t-on cette même possibilité aux délinquants ou aux criminels ? Sommes-nous suffisamment convaincu de la puissance de l’exemple et de la persuasion pour être capable d’offrir à tous, même à ceux qui sont a priori les plus “incurables”, les conditions leur permettant d’accéder à ce changement personnel ?

Depuis quelques années, dans le cadre de ce que l’on nomme actuellement “le bouddhisme engagé”, des bouddhistes, moines ou laïcs issus des différentes traditions, sont très actifs dans les prisons, apportant le Dharma aux prisonniers ainsi qu’au personnel carcéral. Ces interventions, tout particulièrement répandues dans les pays anglo-saxons, revêtent diverses formes : visites et soutien aux prisonniers, correspondance, cours de méditation, fourniture d’ouvrages bouddhiques, etc. Elles exemplifient parfaitement l’attitude sociale fondamentale de tout pratiquant bouddhiste cohérent, attitude fondée sur la sagesse et la compassion.

Cette activité et les méthodes utilisées remontent aux racines mêmes du bouddhisme et à la conversion du criminel A“ngulimaala par le Bouddha, dont l’histoire inspire les pratiquants du Dharma travaillant dans les prisons ainsi que les prisonniers.

L’histoire d’A“ngulimaala, un “serial killer” de l’époque du Bouddha, illustre la possibilité de manifester la nature lumineuse de l’esprit et de développer les qualités de l’Éveil même dans les conditions les plus extrêmes. Les prisonniers recherchent une nouvelle identité, un nouveau moyen pour se connaître réellement. Généralement ils se méprisent et rejettent leur image, de la même façon que la société les méprise et les rejette. Le récit d’A“ngulimaala, et les Enseignements bouddhiques en général, montrent qu’il est possible de transformer cette identité de façon positive et de choisir d’agir en fonction de cette nouvelle identité.

Dans l’Enseignement du Bouddha, en vertu de la loi de la non-permanence universelle (en particulier de ce que l’on nomme la “personnalité”) et du caractère complexe et insondable du fonctionnement de kamma-vipaaka (les actions et leurs effets) on part en effet du principe qu’il est toujours possible de purifier son esprit et de développer des qualités positives grâce à l’effort personnel et à la pratique. Dans l’Enseignement bouddhique on considère qu’il existe plusieurs mondes d’existence, symbolisés dans la célèbre “Roue de la vie”, fréquemment représentée dans l’iconographie tibétaine. Ces six états d’existence sont avant tout des descriptions d’états mentaux expérimentés dans la vie en général, aucun de ces états n’étant permanent et se terminant lorsque l’énergie l’ayant suscité est épuisée. Dans chacun de ces domaines il est à remarquer qu’un aspect particulier du Bouddha (ou de l’Éveil) est représenté, traduisant ainsi les potentialités de transcendance (la “nature de Bouddha” en quelque sorte) présentes chez tous les hommes.

L’histoire d’A“ngulimaala

Elle apparaît dans le Majjhima Nikaaya, la collection des moyens Discours, du Canon Paali (6e Sutta du Raaja Vagga).

A“ngulimaala était le fils d’un brahmane influent de la cour du roi Pasenadi de la province de Kosala et reçu à sa naissance le nom d’Ahi“msaka (le non violent). Étudiant à l’université de Takkasilaa (Taxila) il devint l’élève préféré de son Maître. Jaloux de sa notoriété les autres élèves empoisonnèrent l’esprit du Maître contre lui ; celui-ci trama un plan pour le conduire à sa perte, il lui demanda comme honoraires mille doigts humains. N’ayant aucune alternative Ahi“msaka fut contraint, pour remplir cette demande, d’attirer dans une embuscade les voyageurs qui traversaient la forêt Jaalinii et les tuer, leur coupant un doigt à chacun. Il fut connu dès lors sous le nom d’A“ngulimaala (le collier de doigts) car il portait ses trophées autour de son cou.

N’ayant plus qu’un seul doigt à trouver il vit un jour le Bouddha arriver dans sa direction et se prépara à le tuer. Mais une chose étrange se passa. A"ngulimaala, malgré toute sa vigueur et sa vitesse ne parvint pas à rattraper le Bouddha qui continuait sa route sereinement et sans hâte. Épuisé et hors de lui, A“ngulimaala cria au Bouddha de s’arrêter.

Le Bouddha répondit : « Je suis à l’arrêt, A“ngulimaala, c’est à toi de d’arrêter. ».

Totalement dérouté A“ngulimaala demanda au Bouddha ce que cela signifiait. Il lui répondit : « Je suis à l’arrêt, A“ngulimaala, car j’ai abandonné l’usage de la violence envers tous les êtres ; mais toi tu n’as aucun contrôle en ce qui concerne les êtres vivants. Par conséquent je suis à l’arrêt, mais toi tu ne l’es pas. ».

Entendant ceci A“ngulimaala jeta ses armes et se prosterna aux pieds du Bouddha, puis il lui demanda d’être accepté au sein de la communauté monastique.

Le roi lui-même, tout d’abord choqué de voir un ancien bandit faisant maintenant partie de la communauté monastique, fut étonné de la façon dont le Bouddha avait dompté sans violence A“ngulimaala alors qu’il avait vainement essayé de le faire par les armes.

A“ngulimaala parvint par la suite à l’état d’arahaa, de sage pleinement réalisé. Mais ceci ne l’empêcha pas d’essuyer des insultes, de recevoir des jets de pierres et d’immondices et d’être blessé, car les résultats de ses actions se manifestaient de cette manière.

L’histoire d’A“ngulimaala nous offre plusieurs enseignements fondamentaux. Elle est remplie de symboles pertinents pour tous, mais tout particulièrement pour ceux qui ont commis des actes de violence. Il a été réhabilité, est devenu un membre à part entière de la communauté en contribuant à son bien-être. Le récit nous dit également de façon claire que nos actions produisent des conséquences. Un autre thème important, en fait le thème principal, est celui de la transformation spirituelle ; A“ngulimaala a pu réaliser que son nom Ahi“msaka, qui lui fut donné à sa naissance, représentait en fait sa véritable nature, sa nature éveillée :

« “Non violent” est le nom que je porte,

moi qui fut incontrôlé dans le passé ;

le nom que je porte est avéré aujourd’hui,

car j’ai abandonné toute violence. »

ENCADRÉ

A“ngulimaala Parittaa

« yato’ha“m bhagini ariyaaya jaatiyaa jaato

naabhijaanaami sañcicca paa.na“m jiivitaa voropetaa

tena saccena sotthi te hotu sotthi gabbhassa

Chère Sœur, depuis ma naissance dans le noble lignage (mon ordination monastique) je n’ai jamais intentionnellement détruit d’être vivant. Par cette vérité puissiez-vous demeurer en sécurité, puisse l’enfant que vous portez demeurer en sécurité. »

Ce parittaa, littéralement “protection”, fait référence à un épisode de la vie d’A“ngulimaala, et fait partie des Textes canoniques récités par les moines dans le but d’induire des conditions mentales bénéfiques. Celui-ci en particulier est traditionnellement psalmodié au chevet des femmes en couches, et illustre la puissance de que l’on appelle, dans le bouddhisme ancien, la “proclamation de la vérité”, saccakiriyaa.

source : Samsâra

Association Bouddhique Theravâda
c/o Michel Henri Dufour, 22 rue de la Grange Aubel, 71000 SANCÉ -
Tél. : 03 85 20 14 42


http://perso.club-internet.fr/mhd-abt/vivekarama





Buddhaline

E-mail:
Partenaires: O.Vision | Yoga Vision | Karuna | Matthieu Ricard



Cabinet Freling